Abus de droit fiscal - منتديات الجلفة لكل الجزائريين و العرب

العودة   منتديات الجلفة لكل الجزائريين و العرب > Forum Français > Presentations > Nouveaux/nouvelles


في حال وجود أي مواضيع أو ردود مُخالفة من قبل الأعضاء، يُرجى الإبلاغ عنها فورًا باستخدام أيقونة تقرير عن مشاركة سيئة ( تقرير عن مشاركة سيئة )، و الموجودة أسفل كل مشاركة .

آخر المواضيع

Abus de droit fiscal

إضافة رد
 
أدوات الموضوع انواع عرض الموضوع
قديم 2018-08-30, 02:33   رقم المشاركة : 1
معلومات العضو
ayoubiare
عضو جديد
 
إحصائية العضو










افتراضي Abus de droit fiscal

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Procédure et répression
L'abus de droit, au sens fiscal du terme, peut être sanctionné par le service des impôts. La procédure de répression des abus de droit est une procédure exceptionnelle.
Elle permet à l'administration de sanctionner les « manœuvres » de certains contribuables qui mettent en oeuvre des opérations juridiques dans le seul et unique but de diminuer l'impôt.
Cette procédure écarte donc certains actes juridiques d'apparence régulière et impose le contribuable d'après la réalité de sa situation.
En d'autres termes, l'administration dispose là d'une arme dissuasive à l'encontre des contribuables trop « astucieux » qui détournent l'esprit de la loi tout en la respectant à la lettre. Mais elle est relativement peu utilisée en raison des importantes contraintes de procédure imposées à l'administration.
La notion d'abus de droit n'empêche toutefois pas le contribuable d'adopter la solution la moins onéreuse sur le plan fiscal quand il a le choix.
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Définition
En principe, il ne peut donc y avoir abus de droit fiscal que dans deux cas :
- Quand le contrat, la convention ou la structure mise en oeuvre sont en fait fictifs.
Exemples parmi d'autres :
Une donation déguisée en vente, une sous-******** fictive, un achat qui n'a pas été financé par l'acquéreur, une société qui n'a pas d'existence réelle, une opération de prête-nom, etc.
- Quand le contrat élaboré ou la structure mise en place n'ont qu'un objectif unique et exclusif : réduire le montant de l'impôt (impôt sur le revenu, sur les bénéfices, TVA, droits d'enregistrement, impôt sur le patrimoine ...).
En revanche, il n'y a pas abus de droit si, au-delà de l'aspect fiscal, le contribuable met en avant des motifs économiques, patrimoniaux, familiaux, etc.
Certaines situations n'exigent pas la mise en oeuvre de cette procédure.
- Quand la nature réelle de l'acte n'a pas été bien appréciée par le contribuable, le fisc peut « requalifier » l'opération.
Exemple :
Un propriétaire-bailleur déclare des bénéfices industriels et commerciaux alors que le logement ne comporte pas assez de meubles et qu'il s'agit en fait de revenu foncier.
Ou encore quand le contribuable s'estime, à tort, non assujetti à la TVA.
- Il n'y a pas non plus abus de droit quand les contribuables ont sous-évalué un prix : l'administration peut opérer un redressement fondé sur la valeur réelle du bien.
Une procédure courante en matière de ventes immobilières ou d'impôt sur le patrimoine.
Le fisc peut également juger que la rémunération perçue par un dirigeant d'entreprise est excessive et imposer le « trop-perçu » à titre de dividendes distribués.






 

رد مع اقتباس
مساحة إعلانية

قديم 2018-08-30, 02:34   رقم المشاركة : 2
معلومات العضو
ayoubiare
عضو جديد
 
إحصائية العضو










افتراضي

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜغ©غ‍غ©à®œâ–¬â– ¬â–¬â–¬â–¬â–¬â–¬â–¬â–¬â–¬â–¬â–¬â–¬
Procédure et droits du contribuable
La procédure de redressement pour abus de droit est décidée par un fonctionnaire ayant au moins le rang d'inspecteur principal.
Le contribuable dispose de trente jours pour répondre à la notification motivée qui lui est adressée.
Une fois qu'il a reçu la réponse de l'administration à ses propres observations, le contribuable dispose de trente jours pour saisir le « Comité consultatif pour la répression des abus de droit ».
La saisine du Comité, qui peut être également à l'initiative de l'administration, suspend le recouvrement des impôts réclamés.
Une copie du rapport adressé par le fisc au Comité est transmise au contribuable.
Celui-ci peut ajouter d'autres observations dans les trente jours suivants.
L'avis rendu par le Comité est purement consultatif et n'engage ni l'Administration, ni le contribuable.
Cet avis est toutefois déterminant.
En effet, en cas de poursuite du contentieux, le contribuable supporte la charge de la preuve si le Comité émet un avis conforme à la position du fisc. En d'autres termes, il devra prouver qu'il n'a pas commis d'abus de droit si le Comité et l'administration sont d'accord.
Dans tous les autres cas, y compris si le Comité n'est pas saisi, c'est à l'administration d'apporter la preuve de l'abus de droit.







رد مع اقتباس
إضافة رد

أدوات الموضوع
انواع عرض الموضوع

تعليمات المشاركة
لا تستطيع إضافة مواضيع جديدة
لا تستطيع الرد على المواضيع
لا تستطيع إرفاق ملفات
لا تستطيع تعديل مشاركاتك

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة

الانتقال السريع

الساعة الآن 16:10

المشاركات المنشورة تعبر عن وجهة نظر صاحبها فقط، ولا تُعبّر بأي شكل من الأشكال عن وجهة نظر إدارة المنتدى
المنتدى غير مسؤول عن أي إتفاق تجاري بين الأعضاء... فعلى الجميع تحمّل المسؤولية


2006-2019 © www.djelfa.info جميع الحقوق محفوظة - الجلفة إنفو (خ. ب. س)

Powered by vBulletin .Copyright © 2018 vBulletin Solutions, Inc